Pourquoi l’adresse postale reste déterminante avec le digital

A l’heure d’un monde toujours plus digital, il peut sembler anachronique de parler du rôle déterminant de l’adresse postale dans un compte client ou prospect.

Postal ou géographique ?

Distinguer les notions géographique et postale d’une adresse permet un premier niveau de compréhension.

Historiquement, LA POSTE distinguait l’adresse postale – par exemple une adresse Cedex pour laquelle il n’y a pas de localisation physique, de l’adresse géographique qui comporte une localisation physique. La notion d’adresse géopostale cumulait ainsi les deux informations.

Aujourd’hui, avec l’avènement du digital, le « géographique » fait plus référence au coté voie dans la ville et au positionnement cartographique. Le niveau « postal » , plus fin, précise les éventuels compléments de distribution : appartement, escalier, entrée, bâtiment, résidence.

Deux rôles essentiels pour l’adresse

Si le premier rôle essentiel de l’adresse pour garantir la bonne « délivrabilité » d’un courrier ou d’un colis semble évident, le rôle d’élément discriminant pour le dédoublonnage est souvent moins perçu.

Pourtant la connaissance client ne peut s’appuyer que sur une vision 360°, agrégée des différents flux d’un système d’information souvent doté de multiples applications hétérogènes et pas toujours interconnectées, notamment en temps réel. La notion même de Référentiel Client Unique (RCU) reste d’ailleurs un objectif pour la majorité des entreprises.

Ayant pris en compte les deux rôles essentiels de l’adresse postale, il convient dès lors de s’interroger sur sa saisie et les champs à intégrer en base de données.

Combien de lignes adresses dans un formulaire ?

Pour fluidifier la saisie, s’appuyer sur la dictée vocale est aujourd’hui le plus simple, notamment grâce aux smartphones et tablettes parfaitement adaptés. Dans tous les cas, il faut éviter de contraindre l’utilisateur à faire une gymnastique pour renseigner les champs selon un guide ou peigne qui serait trop complet et très structuré. D’une part, toutes les adresses ne comptent pas le même nombre de lignes à saisir, et d’autre part, moins il y de clics ou de tab à faire pour changer de champ, mieux le formulaire sera accepté et saisi !

La norme postale autorise 6 lignes – en dehors du pays – et selon que l’on ait une ou deux lignes de destinataires selon la distinction B2C ou B2B, il faudra dans sa base de données intégrer au minimum 3 lignes adresses en plus du code postal-ville et du pays.

Attention à l’ergonomie

Dissocier les champs code postal et ville en saisie et les rendre obligatoires est une grossière erreur d’ergonomie puisqu’un bon service de validation d’adresse assure la correspondance entre les deux et permet de rendre facultatif l’un ou l’autre.

Les différentes possibilités et leur respect de la norme postale sont résumées sur le portail so-easyform.com : Quel nombre de lignes adresses dans un formulaire ?

Les services d’assistance à la saisie d’adresse Amabis autorisent :

  • la dictée vocale ;
  • la gestion de différentes configurations à 2, 3 ou 4 lignes adresses en plus du code postal ville.

Pour fluidifier la saisie et respecter la norme postale, voir les services :

Article précédent
La fin du Safe Harbor, comment faire ?
Article suivant
Data Management, CRM, DMP : ACTITO et Amabis s’engagent
Menu